La fondation

Créateurs phares de la sculpture et de l’architecture du XXe siècle, Marta Pan (1923-2008) et André Wogenscky (1916-2004) ont initié la Fondation qui porte leur nom. Ils lui ont fixé pour principaux objectifs de maintenir en état et d’ouvrir au public le jardin de sculptures et la maison établis sur le site de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, d’assurer la notoriété et la pérennité de l’œuvre sculptée et la reconnaissance des réalisations architecturales dont certaines constituent des icônes de l’architecture moderne.

N’ayant pas d’enfant, le couple a constitué la Fondation comme son légataire universel. À ce titre, elle détient leurs droits d’auteurs, possède la maison et le jardin de sculptures, tous deux inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1997. Elle conserve un large ensemble de sculptures illustrant les différentes périodes de Marta Pan et les matériaux ou supports dont elle s’est servie pour s’exprimer. Elle dispose d’un ensemble complet de photographies des réalisations des deux créateurs, conserve les dessins et maquettes des interventions de Marta Pan dans l’espace public et la bibliothèque professionnelle de chacun. Elle est l’interlocutrice des musées, des fondations, des collections publiques et des collectionneurs privés désireux de compléter leurs collections. Elle gère les questions liées aux droits de reproduction des œuvres et elle atteste de leur authenticité. Elle favorise les travaux universitaires de recherche. Elle assure les visites permettant à des groupes de professionnels, d’amateurs d’art et d’étudiants d’établir un contact direct avec le travail des deux créateurs. Elle est l’interlocutrice des propriétaires des édifices publics, des immeubles d’habitation ou des maisons individuelles construits par André Wogenscky lorsqu’ils souhaitent les rénover, les modifier ou les reconvertir. Elle propose une démarche similaire vis-à-vis des propriétaires publics de sculptures de Marta Pan. Enfin, elle initie des projets d’exposition et apporte son concours aux initiatives de valorisation de l’une ou l’autre œuvre.

Officiellement créée par un décret du Conseil d’État, la Fondation est dotée d’un Conseil d’administration de douze membres représentant les fondateurs, des institutions publiques et des personnalités qualifiées. Ils élisent un bureau qui désigne le président de la Fondation et nomme son directeur.

Membres du Conseil d’administration au 30 septembre 2018

Monsieur David Caméo,

Président de la Fondation,

Membre fondateur

 

Collège des membres de droit

Le Ministre de l’Intérieur,

ou son représentant
(Préfet du département des Yvelines)

Le Ministre chargé de la Culture,

ou son représentant (DRAC Ile-de-France)

Le Maire de Saint-Rémy-lès-Chevreuse,

ou son représentant

Le Conservateur du « Musée de la Ville »

de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines,

ou son représentant

 

Collège des personnalités qualifiées

Monsieur Benjamin Dauchez

Monsieur Franck Delorme

Monsieur Daniel Gervis

Madame Claude Lagard

Monsieur Pascal Leclerq

Madame Elvira Mann-Winter

Monsieur Jean-Gabriel Mitterrand

Fondation de Courbertin

 

Pierre Lagard

Président d’honneur de la Fondation

Affable et talentueux, précis et discret, caustique et attentif, urbain et amoureux du Lot, Pierre Lagard (1944-2015) a été le plus proche collaborateur d’André Wogenscky. Puis, tout en exerçant l’architecture en son nom propre, il a su concrétiser la Fondation voulue par Marta Pan et son mari.
Ceci l’a conduit à en devenir le premier Président lorsqu’en 2011, après trois années de discussions, le Conseil d’État a promulgué le décret actant sa création. Mais, emporté par la maladie début 2015, il n’a pas pu développer ce qu’il avait mis tant de conviction à constituer.

L’évolution de Pierre Lagard auprès d’André Wogenscky n’est pas sans analogie avec celle de ce dernier auprès de Le Corbusier à la fois en termes de parcours au sein de l’agence, de responsabilités assumées, d’acquisition accélérée des  compétences indispensables à l’exercice du métier d’architecte mais aussi de proximité intellectuelle, la chaleur humaine en plus.

Entré comme simple dessinateur, il devint rapidement dessinateur projeteur puis chef d’équipe. Cette fonction le conduisit à diriger les études des plans d’exécution et le chantier de l’immeuble de la Société Générale rue Auber. Poursuivant son évolution au sein de l’agence, il prit une part importante à l’étude de la Préfecture et du Tribunal de Grande Instance des Hauts-de-Seine situés à Nanterre avant de contribuer aux études de l’hôpital de Corbeil-Essonnes. À partir de 1976, il fut l’adjoint direct, chef d’agence et principal collaborateur d’ André Wogenscky pour ses projets français mais aussi libanais et japonais.

Soutenant la démarche en reconnaissance de son collaborateur comme architecte,  André Wogenscky écrit  à propos de l’hôpital de Corbeil-Essonnes : « Je puis attester que cet hôpital important est autant son œuvre que la mienne. Il s’agit d’une étude et d’une réalisation communes et d’une collaboration équivalant à une véritable association.» Il ajoutera « Pierre Lagard est très efficace au stade de la conception architecturale, sachant dépasser l’organisation fonctionnelle et la conduire au-delà de l’utilitaire jusqu’à l’organisation plastique et esthétique. »

Cette reconnaissance est également chaleureusement humaine. Ainsi, seul dans la chambre d’un hôtel de Beyrouth de décembre 1980, André Wogenskcy écrit à Pierre Lagard : « Merci pour toute l’aide que tu m’apportes. C’est une grande satisfaction et une grande sureté de me sentir ainsi prolongé, agrandi. J’attache grande importance à ce relais. Parfois, je me sens essoufflé, je butte un  peu contre un palier que je n’arrive pas à franchir. Je sais que tu vas prendre le relais, continuer, aller plus loin. Et puis il y a la petite satisfaction des retours. J’aime quand tu viens me poser une question. Car parfois j’ai m’impression de redonner une impulsion. Et çà repart grâce à toi. Sans toi, je ne pourrai rien faire. Mon travail serait mort né. » Quatre ans plus tard, Pierre Lagard répond « Je te dois beaucoup, et de me croire aujourd’hui capable, modestement, de faire de l’architecture. Je suis profondément touché et très fier de la confiance que tu m’as accordée. Elle m’a souvent armé de courage et continuera de le faire. »

Claudie Lagard, son épouse, a récemment légué ses archives au Centre d’archives de la Cité de l’architecture et du patrimoine où elles viendront compléter et enrichir celles d’André Wogenscky.

Projets conduits au sein de l’agence André Wogenskcy

  • Hôpital de Corbeil-Essonnes (1er projet, 496 lits, 1975/76),
  • Ensemble de 416 logements à Gennevilliers (1978),
  • Hôpital de Corbeil-Essonnes (2e projet, 437 lits, 1979),
  • Ensemble de 378 logements à Gennevilliers (1979),
  • Hôpital de Corbeil-Essonnes (3e projet, 437 lits, 1980),
  • Ensemble de 172 logements à Sahel Alma (Liban, 1980),
  • Hôpital diplomatique à Aden (135 lits, 1983),
  • Ensemble de 237 logements « Salamandre » à Etaples
  • Opérations Salamandre à La Ricamarie, Le Lavandou, Saint- Omer, Firminy avec Alain Amadéo
  • Projet Bangon à Pointe-à-Pitre (1994)
  • Université des Arts et du Design, départements théâtre et cinéma, à Takarazuka (Japon, 2001- 2004) avec André woenscky architecte en chef
  • Projet de l’ensemble Bergevin à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe, 1991-1992)
  • Concours pour le collège Saint Léonard de Noblat (projet non retenu)
  • Concours pour le lycée Diderot à Paris (projet non retenu)
  • Concours pour l’Espace culturel de la Guierle à Brive-la-Gaillarde (1989, projet non retenu)
  • Concours pour le centre de conférences international de Paris (1989, projet non retenu)
  • Concours pour un village d’entreprises à Labège, avec Pierre Brunerie (1988, projet non retenu)
  • Concours pour le collège de Montivilliers (1988, projet non retenu)
  • Concours pour le bâtiment de cardiologie, urologie et RMN de l’hôpital Charles Nicolle à Rouen avec Robert Anxionnat (1987, projet non retenu)

A partir de 1986, en nom propre ou sous celui de l’agence « Architectures Sarl »

  • Extension du CHU Necker à Paris (2000), laboratoires de recherche de génétique moléculaire et animaleries protégées
  • Caisse régional d’assurance maladie Midi-Pyrénées à Toulouse (1991-1994) avec Pierre Brunerie, Jean-Christophe Bellouard et Philippe Montlaur
  • Caisse régional d’assurance maladie à Dieppe (2001-2003) avec Gauthier Chénel
  • Concours pour une salle de spectacle rock et variétés à Marseille avec Caillol, Poissonier et Ferran
  • Laboratoires de recherches, Université =René Descartes, Faculté Cochin-Port Royal à Paris (2001-2002)
  • Caisse primaire d’assurance maladie de l’Ariège à Albi (1995-2001)
  • Service des urgences du centre hospitalier de Montmorency (1991-1994)
Marta Pan et André Wogenscky dans le studio de dessin de la maison de Saint-Rémy vers 1960. Collection Fondation MP-AW. Photo DR.